Lettre des colistiers du 18 décembre 2020

En politique, à Toulon, les vieilles recettes ont, semble-t-il, meilleure presse que les initiatives innovantes. Vaudrait-il mieux « faire à l’ancienne » pour ne pas essuyer de critiques ?

La liste citoyenne, écologiste, solidaire et démocratique « Toulon en commun » pratique la démocratie et a travaillé dans la transparence y compris en présence de la presse.

Ce rassemblement avec cette méthode sont inédits à Toulon.

Pour les autres listes, le problème ne s’est pas posé : les discussions se sont passées dans l’opacité comme d’habitude, les chefs ont décidé comme d’habitude, il n’y a pas eu de vote comme d’habitude.

« Toulon en commun » compte maintenant un premier groupe de 12 candidats. Le caractère collectif de ce groupe, et plus tard des 59 candidats et de leur relation étroite à l’assemblée a été réaffirmé.

Pour confirmer le remarquable caractère « citoyen » de la liste et la convergence entre « politiques » et « non politiques » peut-être faut-il rappeler des faits :

  • Au total 4 assemblées populaires ont eu lieu, précédées de nombreuses autres réunions
  • Les valeurs (appel), la charte, le nom, le logo ont été choisis par l’assemblée soit par consensus soit par un vote largement majoritaire
  • Le programme est discuté dans des groupes thématiques ouverts à la population où plusieurs dizaines de personnes réfléchissent.
  • Les 12 candidats ont été élus par une assemblée de 150 votants à bulletin secret
  • L’ordonnancement a été voté par l’assemblée souveraine
  • TOUTES ces personnes exercent ou ont exercé un travail, aucune ne vit ou n’a vécu d’indemnités d’élus et AUCUNE N’EN VIVRA. 
  • Seul Guy Rebec a exercé un mandat électoral
  • 6 sur 12 se présentent à des élections pour la première fois
  • 7 personnes sur 12 ne sont dans aucun parti
  • Toutes les sensibilités sont représentées : partis , associations, syndicats, citoyens non organisés, gilets jaunes….
  • La composition de ce premier groupe allie l’expérience et la jeunesse, représente une diversité sociologique
  • Il y a donc renouvellement. Aucune liste ne peut en dire autant !

Pour confirmer le caractère écologiste et solidaire peut-être faut-il rappeler des faits :

  • Oui toutes ces personnes sont engagées à des titres divers pour que vivent mieux les toulonnais-es
  • Oui les valeurs choisies par consensus sont des valeurs progressistes soutenues par l’ensemble des partis de gauche.
  • Les tendances qui se dégagent des groupes programmatiques confirment le caractère social et écologiste des propositions conformément aux valeurs prônées par l’appel.
  • Nous serons donc la seule liste à nous opposer à la politique austéritaire, néfaste à l’environnement et anti sociale de Falco, du RN et de Macron.
  • Nous défendrons les services publics, une politique destinée à diminuer la pollution, nous pratiquerons la transparence et la démocratie dans la gestion communale.
  • Nous serons donc la seule alternative réelle.

Trois précisions s’imposent .

La France insoumise sera représentée sur la liste.

  • Il est regrettable qu’une dizaine de personnes soit partie après avoir monopolisé la parole pour dire qu’ils ne l’ont jamais et sans attendre les réponses. Nous aurions préféré qu’ils continuent à contribuer. Mais il s’agit d’une dizaine de personnes seulement. Ne faut-il pas respecter la souveraineté de l’assemblée dont les gilets jaunes qui en font partie ?
  • Que des citoyens engagés participent à des listes « politiques » (européennes, municipales ou autres) n’en font pas des encartés ou des obligés des partis. Ainsi quand les partis s’ouvrent à des personnes qui ne sont pas adhérentes cela ne fait pas d’elles des « partisans ».  Si les partis partagent une liste avec des citoyens ce n’est pas bien car elles seront cataloguées mais s’ils ne le font pas ce n’est pas bien non plus ! ? Les personnes qui s’engagent sur la liste « Toulon en commun » seront-elles immanquablement cataloguées socialistes, EELV ou communistes ? Faudra-t-il s’interdire la présence de partis et de citoyens non encartés sur une même liste sous peine d’être taxés de récupérateurs et/ou de voir les citoyens catalogués et donc suspects d’être partisans une prochaine fois ?
  • « Toulon en commun » pour sa part n’exclut personne ni les citoyens inorganisés, ni les citoyens membre d’une association, ni les citoyens organisés dans un syndicat, ni les citoyens organisés dans un parti.  Tous ceux qui partagent les valeurs portées par notre appel sont les bienvenues et viendront enrichir notre programme et notre liste.

Vive la diversité, vive le pluralisme, vive la démocratie.

Vive « Toulon en commun » !