Conseil métropolitain du 30 septembre 2021

Un conseil métropolitain où Philippe Leroy a incité les maires de la métropole à agir pour lutter contre le réchauffement climatique. Est-ce que la « bonne conscience » de la Métropole comme l’a surnommé JP Girand arrivera à faire agir les 12 maires ? A suivre et à ne pas lâcher…

La vidéo du conseil métropolitain dans son intégralité est disponible ici. Le plus intéressant est entre 55′ et 1h14’… Vous trouverez ci-après le procès-verbal (compte-rendu intégral), l’intervention de Philippe Leroy puis l’article de Var Matin et celui de La Marseillaise.

L’intervention de Philippe Leroy :

Monsieur le président, Madame la Maire de La Seyne Sur Mer, Messieurs les Maires de communes de la Métropole, chers Collègues.

Je vais me permettre de résumer en une seule intervention ce que j’ai à dire sur les délibérations de ce conseil métropolitain.  En commençant par un chiffre. 

3488. 

3488, c’est le nombre de pages que j’ai reçu il y a juste une semaine. J’ai essayé de tout lire.  Mais il est difficile de rentrer dans les détails et de faire des vérifications en si peu de temps. Je m’abstiendrai donc sur certaines délibérations car prendre une décision de vote n’est pas un choix que j’aime laisser au hasard. 

Revenons au rapport d’activités 2020 et à la délibération courante sur le projet métropolitain. J’y ai lu beaucoup de belles choses qui m’ont fait plaisir en première lecture. Mais quand on soulève un peu ces belles pages,  je vois surtout que ce n’est pas à la hauteur de l’urgence climatique et de l’urgence sociale.

Quel monde voulez-vous laisser à vos enfants et petits enfants ?  

Il faut agir avec détermination et en grand.

C’est vous qui avez le vrai pouvoir, c’est vous qui pouvez décider ce qu’il se passe dans vos villes, c’est vous qui devez agir sans attendre une législation française ou européenne, ce sont vos administrés qui attendent que vous agissiez au plus vite vu l’urgence.

Les actions pour limiter le réchauffement climatique, adapter nos villes aux périodes de canicule et aux inondations, protéger les plus vulnérables de nos concitoyens, vous les connaissez ! 

Je vais encore vous citer quelques unes des plus importantes en 4 chapitres,  car il faut garder le cap sur ce qui est important et urgent : 

1) LIMITER LA VOITURE : 

  • Faire un BHNS à défaut d’un tram, toujours rien de concret depuis deux décennies ce n’est pas acceptable.
  • Développer plus rapidement un réseau de pistes cyclables continu permettant à 80% de la population d’être à moins de 800 mètres de ce réseau sécurisé, de la même manière que l’on essaye que chacun soit au plus près d’un arrêt de bus.
  • Encourager le commerce de proximité et interdire toute nouvelle construction dans les zones commerciales extérieures déjà surchargées.

2) LIMITER LES BESOINS EXTERIEURS EN ENERGIE

  • On pense bien sûr à augmenter la production d’énergie renouvelable au niveau local, c’est important et doit être fait. Mais la meilleure énergie est celle dont on n’a pas besoin.
  • Ne serait-ce que du point de vue économique, lorsque l’on voit une augmentation du prix du gaz pour le chauffage s’envoler de plus de 40% sur l’année 202, il faut Isoler tous les vieux bâtiments, transformer les passoires thermiques, en commençant par les bâtiments publics, nos écoles, et en incitant les bailleurs privés à en faire autant. Oui, vous le faites un peu. Mais il faut le faire beaucoup.
  • Limiter l’éclairage public et l’éclairage publicitaire, non seulement pour réduire la consommation d’énergie, mais aussi pour réduire la pollution lumineuse, particulièrement nocive pour les oiseaux et même pour notre propre sommeil. 

3) SE PREPARER AUX CHANGEMENTS

  • La plus grosse dépense d’énergie électrique pour nos maisons n’est pas pour le chauffage en hiver mais pour la climatisation en été. Cela ne va pas changer, bien au contraire. Il est donc urgent de planter des grands arbres dans les rues, pas juste des palmiers ou des orangers en bac, certes très jolis mais sans véritable effet kiss cool. Seuls les grands arbres adaptés à notre climat et à feuilles caduques apportent de la fraîcheur en été tout en laissant le soleil nous réchauffer l’hiver. Dans les centres-villes, ils apporteraient un confort qui serait bénéfique aux commerces que vous essayez tous d’aider. 
  • Il faut désimperméabiliser les sols au plus vite pour éviter les torrents dévastateurs pendant les orages méditerranéens. Les cours d’écoles, les trottoirs, les parkings ne devraient pas être imperméables. Augmenter au niveau du PLU le pourcentage de sol devant rester perméable.

4) SE PREOCCUPER ENCORE PLUS DES PERSONNES PRECAIRES ET SANS ABRIS

  • Oui, je lis de belles choses pour leur venir en aide. Mais là aussi ce n’est pas à la hauteur de l’enjeu d’une population démunie, particulièrement dans certaines zones bien identifiées. Il y a par exemple encore de nombreux immeubles à réhabiliter dans lesquels il serait possible de faire du logement social.
  • Pourquoi ne pas proposer des locaux parmi tous ces locaux vides en centre-ville pour les associations comme Emmaüs ou La ressourcerie de la Rade. Ils donnent des emplois à des personnes pour les réinsérer. Ils favorisent le réemploi plutôt que le gaspillage, ils permettent de se fournir à ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter du neuf, et ils pourraient en plus être des moteurs commerciaux de nos centre-villes en souffrance. 
  • Prêtez les locaux vides pour aider les associations qui s’occupent des plus démunis pour les aider à devenir des personnes autonomes. Vous soutenez le tissu associatif, soutenez le encore plus, c’est une aide fantastique pour améliorer le bien être de tous
  • Les réhabilitations énergétiques doivent être accessibles à chacun quelles que soient ses ressources.

Les bonnes solutions ne manquent pas, inspirez-vous par tout ce qui est proposé par l’Audat, le Cerema, les agences de l’eau, l’agenda 21…

N’attendez pas que cela vienne d’une loi nationale ou européenne, agissez pour vos villes comme tous les maires qui ont une vision à long terme, ne vous mesurez pas à vos voisins qui prétendent lutter contre le défi climatique et les injustices sociales mais ne font que de petites actions pour se donner bonne conscience, prenez au contraire exemple sur les communes qui agissent vertueusement. 

Nous n’acceptons pas du Greenwashing. Soyez à la hauteur de votre poste, courageux et ambitieux ! Il faut que vous traitiez en priorité ce qui est urgent ET important. 

Je me permettrai donc de vous poser la question de ce que vous aurez décidé de faire en plus pour ces urgences, quelles actions importantes, concrètes et planifiées.

Pas dans un an, mais au prochain conseil métropolitain le 10 novembre. 

Est-ce que je peux compter sur vous ?

Merci d’avance pour vos actions.

Le compte-rendu de Var Matin et de La Marseillaise

Merci de partager :